PGR 2017 : le compte-rendu

Les 3 et 4 juin 2017 s’est déroulée à Pinon la traditionnelle Past Game Rebirth (PGR). Retour sur cet événement qui a fêté sa dixième édition.

Ils ont commencé à seulement 6 personnes. C’était au mois de juillet 2008 et il s’agissait de la toute première PGR. Depuis, le rassemblement retrogaming picard a bien grandi puisque la 10ème édition a réuni quelques 69 participants au sein de la salle des fêtes de Pinon.

Si le soleil n’était pas de la partie pour cette année, on ne peut pas en dire autant à l’intérieur. Sourires, joie, convivialité, discussions étaient les maîtres mots. Et cela a commencé dès 9h du matin le samedi avec l’arrivée de retrogamers venant, pour les plus loin, du sud de la France.

Une fois n’est pas coutume, les stands étaient bien garnis et l’on pouvait admirer de belles machines : PC Engine, NEC Duo côté NEC, Megadrive, Saturn, Dreamcast côté Sega, Famicom AV, SNES côté Nintendo, des MSX, et tant d’autres… Et si la plupart des tables étaient hétéroclites, des thèmes étaient présents comme le stand « girly », le stand Dreamcast (avec des consoles qui en ont fait baver plus d’un) ou l’impressionnante installation de TurboSeb. En effet, ce dernier a vu les choses en (très) grand) : rétroprojecteur, écran de 3 mètres de diagonale, bâches plastiques, le tout sur près de 10m² ! On pouvait également faire switcher gratuitement sa Super Nintendo, le généreux FFVIMan étant là.
Enfin, en lieu et place du flipper qui fait la joie et le bonheur des petits et grands, l’association a mis en place une borne d’arcade dédiée Daytona USA 2. C’est d’ailleurs sur ce jeu que la seconde partie du concours s’est passée.

Le stand de TurboSeb

Le temps passe vite et les estomacs crient famine. Un retrogamer, ça mange et pour cela, on pouvait compter sur l’irremplaçable Titi et son barbecue de compétition, qui, cette année, était inauguré, l’ancien ayant rendu l’âme après des années de bons et loyaux services. Chipolatas, merguez, brochettes, accompagnements divers, il y avait de quoi nourrir une compagnie de soldats. Justement, ces soldats, le ventre bien rempli, ont repris leurs activités rétro-vidéoludiques.

Milieu de l’après-midi, voilà que se déroule la rétro-pétanque. Le but ? Une console en guise de cochonnet, d’autres consoles en guise de boules. On vous rassure, toutes les machines ne pouvaient être réparées. Des tirs réussis, des tirs ratés mais un grand nombre de rires.

Yannosh en pleine réflexion

Les « victimes » de la rétro pétanque

Comme dit plus haut, le temps passe (vraiment) très vite et il est déjà l’heure de se restaurer avant la suite des festivités. En effet, outre les jeux vidéo anciens, la PGR a cette particularité depuis quelques années de se passer en même temps que la fête du village. Et c’est aux environs de 23h que chacun assistait aux premières loges au feu d’artifice.

C’est après une nuit relativement courte que le dimanche commence. Et quoi de mieux qu’un petit déjeuner copieux pour débuter cette seconde journée. La fatigue de la veille se faisant sentir, l’ambiance y est plus calme, propice à d’innombrables discussions portant, dans la quasi totalité des cas, sur les jeux vidéo. Mais voilà. Les heures s’égrainent à une telle vitesse qu’il est déjà temps de tout ranger et nettoyer.

Chacun repartira avec son matériel, ses souvenirs plein la tête, quelques jeux aussi si un détour par le stand vente a été fructueux mais surtout avec une grande envie que la prochaine édition arrive vite. D’ici là, aura lieu en automne la Party Game, un rassemblement moins retrogaming mais plus axé multijoueurs.

Retrouvez les photos de la Past Game Rebirth 2017 sur le compte Facebook de l’association à cette adresse : PGR 2017

Partager cet article. MerciShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.